mardi 28 mai 2013

Mon petit enfant de compagnie




Auteur - illustrateur : Loïc Méhée
 
Editeur : Les 400 coups
Collection : Grimace
Album dès 5/6 ans - Animaux -
Pages : 32
Parution : Avril 2010












Synopsis :


Pour mon anniversaire, j'ai eu un super cadeau : un petit enfant de compagnie !
Avec moi comme maître, je suis sûr qu'il est le plus heureux de tous les petits enfants de compagnie.
 


Inversons les rôles, et imaginons :

Croc-Croc, un rongeur, fête son anniversaire. De la part de ses parents, il vient de recevoir un SUPER CADEAU : un petit enfant de compagnie !!
 
Croc-Croc l’aime tellement…il le trouve trop mignon et pourrait facilement passer tout son temps à le câliner. Et les câlins, Croc-Croc pense que son petit enfant de compagnie adore ça. Il sait aussi ce qui pourrait lui faire plaisir.
 
Ohh ça... Croc-Croc est convaincu d’être un maître idéal pour son petit enfant de compagnie et fait tout pour qu’il ne s’ennuie pas : il le sort de sa cage, l’emmène dans son sac à dos à l’école, lui donne des supers bonnes croquettes, le regarde tout le temps, le papouille sans cesse.
 
Mais il y a un mais…
 
Le petit enfant de compagnie, lui, ne ressent pas du tout la même chose que Croc-Croc. Et oui, être enfermé tout le temps dans une cage, être regardé sans arrêt même quand il fait ses besoins, courir dans une roue pour faire sourire Croc-Croc… et bien tout cela n’est pas mirobolant, pas joyeux… Il aimerait plutôt qu’on le laisse au calme, tranquille.
 
Souvent, la maman de Croc-Croc lui dit de laisser un peu tranquille l’enfant de compagnie et lui fait comprendre que Croc-Croc n’aimerait pas qu’on lui fasse tout ça à lui et qu’il aimerait plutôt qu’on le laisse tranquille de temps en temps.
 
Alors Croc-Croc va t-il comprendre ce que veut lui dire sa maman et qu'elle a raison… Je crois que Croc-Croc a trouvé une solution et je vous laisse bien entendu découvrir ce que c’est !!
Oh la la, que d’humour dans cet album !!!
J’ai adoré cet humour percutant.
 
Une inversion des rôles pour faire réfléchir les jeunes lecteurs sur la façon dont ils doivent s’occuper de leur animal de compagnie, ce qu’ils doivent faire et ne pas faire.
 
Le récit n’est pas du tout rabajois, au contraire il va parfaitement faire comprendre à l’enfant qu’avec toutes les bonnes intentions du monde, toute la gentillesse qu’il veut apporter à l’animal, et bien parfois celui-ci n’est pas autant demandeur de ces gentilles attentions et qu’il préfèrerait parfois qu’on le laisse un peu tranquille et que l’on évite de lui faire subir quelques expériences.
 
Le style de l’album est adéquat pour les plus jeunes, avec très peu de texte. Juste des phrases courtes à chaque page. La police d’écriture est très rythmée, les mots de chaque phrase ont des polices d’écritures changeantes, des couleurs également différentes. Cela apporte un certain mouvement dans le texte, et certains groupes de mots sont mis en avant car plus importants pour bien cibler l’information importante.
 
Ce que j’ai aimé également dans le style de cet album, c’est le texte qui s’oppose aux illustrations. Je m’explique. En fait, le texte fait plus référence aux pensées de Croc-Croc et les illustrations quant à elles reflètent les sentiments de l’enfant de compagnie.
Exemple : Croc-Croc dit « Je sais EXACTEMENT ce qui fait plaisir à mon enfant de compagnie. » Tandis que l’illustration montre l’enfant de compagnie derrière les barreaux de sa cage, avec dans les mains une pancarte où il est inscrit « Au secours ». Très humoristique ce duo texte et illustrations opposées.
 
Les illustrations sont superbes, j’adore même ! Très vives, colorées, j’adore le coup de crayon qui lui aussi est humoristique. C’est tout en mouvements. Les expressions des visages sont très bien retranscrites.
 
Vous l’aurez compris, j’adore !!!!! et en plus cet album est idéal
 pour faire prendre conscience à l’enfant que les petits animaux
de compagnie ne sont pas des jouets, qu’ils sont vivants,
et qu’il ne faut pas toujours être après et les laisser tranquilles également.
Et qu’ils ont aussi envers eux une certaine responsabilité.
En plus de ça l’humour est au rendez-vous !!!! A découvrir !!!!
Un album à offrir à l’enfant dès lors qu’il demande un animal de compagnie
 de façon à bien faire saisir leur rôle et l’attention juste
 qu’il devra apporter à l’animal de compagnie.
Et la chute est à croquer, humour jusqu’au bout !!!!!!


Livre lu et chroniqué sur mon ancien blog en Mai 2013




mercredi 22 mai 2013

Tante Mame


Auteur : Patrick Dennis
Traducteur : Alain Defosse

Titre original : Auntie Mame : an irrevent escapade

Editeur : France Loisirs
Collection : Piment
Roman - Humour - Aventure - Famille -
Pages : 445
Parution : Février 2011








Synopsis :

Tante Mame est une femme imprévisible, émancipée, sensible aux modes, pleine de fantaisie, animée d'une douce folie, dont la vie est régie par un principe intangible : la liberté. Lorsqu'elle recueille son neveu Patrick, jeune orphelin, ce n'est pas pour l'entretenir dans les convenances ni les conventions, mais pour l'associer à une vie faite d'événements ahurissants, d'humour, lui donnant ainsi une leçon pour la vie : ne jamais céder au découragement. Tante Mame est un étincelant témoignage de l'humour anglo-saxon, nourri de dérision, d'ironie, de fougue, et le lecteur gardera pour seule nostalgie de n'avoir pas eu, lui aussi, une Tante Mame dans sa vie.



New-York, années 20
Tante Mame se voit confier son neveu Patrick Dennis alors âgé de 10 ans devenu orphelin à la mort de son père, le frère de Tante Mame. Celui-ci, mourant, a souhaité confier l’éducation de son fils selon les règles les plus strictes auprès de sa sœur, seule famille restante.
 
Patrick Dennis hérite, à la mort de son père, d’une très belle somme d’argent qui sera gérée par un administrateur jusqu’à sa majorité. Cet administrateur, Mr Babcock aura également un œil sur la vie de Patrick et aura son mot à dire sur l’éducation du jeune Patrick.
 
Mais Tante Mame est bien à l’opposé des règles strictes : le lever du matin ne se fait pas avant 11 heures au moins, elle a un maître d’hôtel Japonais totalement inefficace, elle donne des fêtes tout le temps, etc.
 
Le jeune Patrick va alors découvrir une toute autre vie que celle qu’il avait jusqu’alors, auprès de cette femme fantasque qu’est Tante Mame.
 
Tante Mame, femme fantasque, fêtarde, exubérante, va faire évoluer ce jeune homme qu’est Patrick Dennis dans un mode de vie huppé, intello, et arty (avant-gardiste) New-Yorkais des années 20. Totalement l’opposé de l’éduction qu’il a reçu jusqu’alors auprès de son père qui, à l'inverse, donnait à Patrick une éducation très conventionnelle.
 
Elle a tout d’abord trouvé l’idée d’inscrire Patrick dans une nouvelle école, « divine » d’après Tante Mame,  où tous les cours sont donnés nus. Cette expérience rocambolesque tourne au drame puisque l’administrateur de bien, Mr Babcock, va crier au scandale et va retirer le jeune Patrick de cette école pour l’inscrire dans celle où est son propre fils, une école très stricte.
 
Tante Mame est riche elle aussi, mais elle dépense sans compter en donnant ses nombreuses fêtes, toutes des plus chics et plus prisées par le milieu avant-gardiste de l’époque.
 
Quelques années passent, et l’anticonformiste Tante Mame va faire bourde sur bourde mais son fracassant optimiste va toujours avoir le dessus sur sa maladresse pour la faire relever sans cesse. Tante Mame va perdre beaucoup d’argent, elle compte alors trouver un emploi. Mais ils resteront tous infructueux de par son attitude et de ses maladresses ici aussi.
 
On a l’impression qu’elle est toujours en pleine représentation, toujours en excentricité…
 
Tante Mame va épouser un riche homme « Sudiste » dont elle sera très amoureuse.
 
Et pour l’éducation de Patrick, Tante Mame, a bien l’intention de lui faire découvrir une vie palpitante, exubérante, pleine de situations cocasses. Il va connaître la meilleure éducation, celle de l’extravagance. Le cher Mr Babcock, administrateur de biens de Patrick, n’est pas au bout de ses surprises pour ce qui attend l’éducation de Patrick jusqu’à sa majorité….

J’ai donc enfin parcouru la vie trépidante de cette femme
incroyablement loufoque et exubérante,
mais d’une réelle fraîcheur de vivre.
 
Tante Mame est devenue, au fil du temps, une figure incontournable de la littérature populaire anglo-saxonne. Le livre s’est vendu à 2 millions d’exemplaire et fut adapté de nombreuses fois au cinéma, théâtre et comédies musicales.
 
Elle est incroyable cette femme, un jour elle est milliardaire, le lendemain elle n’a plus un sou en poche ; elle séduit tous les hommes même de très jeunes (cougar avant l’heure) ; elle vit la nuit et dors le jour ; etc. Tellement de qualificatifs pour cette femme à l’humour piquant, d’un grand optimiste, d’une grande liberté, etc, on la qualifie même de « charmante dingue » ce qui lui va très bien.
 
L’histoire se déroule sur plusieurs décennies (des années 20 jusqu’à l’après-guerre des années 50) et on voit évoluer la vie de Tante Mame mais aussi celle de Patrick Dennis qui s’est donc largement inspiré d’une de ses tantes pour ce personnage.
 
Les personnages sont très intéressants entre cette femme extravagante à la vie mondaine et ce jeune garçon qui débarque dans un milieu qu’il ne connaît pas puisqu’il a toujours vécu dans un style de vie très stricte orchestré par son père. Deux opposés qui se rencontrent donne du coup une histoire très riche, pétillante, pleine d’ironie, etc.
Mais j’avoue que, parfois, le caractère de cette femme, Tante Mame, m’a agacée (mais dans le bons sens). C’est parce que parfois, on se dit : une femme pareille s’est pas possible avec tous les impairs qu’elle fait, le gamin a plus la tête sur les épaule qu’elle et on se demande à chaque chapitre ce qu’elle va bien pouvoir faire comme bourde ! Du coup, certains chapitres m’ont un peu moins emballée. Mais tant d’autres fois, cette femme m’a fait rire et puis surtout c’est une femme qui ose donner son opinion et qui les défend. C’est une femme pleine d’humanité. Et puis, elle se sort de ses maladresses toujours avec brio et légèreté.
 
Le style est agréable, c’est bourré d’humour anglais, c'est truffé de situations toutes des plus invraisemblables. C’est riche en vocabulaire.
 
Avec les nombreuses adaptations au cinéma, j’ai donc très envie maintenant de les découvrir. De nombreuses femmes sont entré dans la peau de Tante Mame dont Gingers Rogers ou bien encore Angela Landsbury (Miss Marple, si si).
 
 
Un roman frais, bourré d’humour anglo-saxon, vintage,
à déguster avec un cocktail daiquiri !!
 


Roman lu et chroniqué sur mon ancien blog en Mai 2013